Tout content de voir en avance - sortie en France le 19 mars - la dernière mouture de Wes Anderson, et un peu dépité lorsque le film s'achève. On retrouve pourtant un humour très à froid dont je suis généralement fan, le même thème générique de ses précédents films (à savoir la famille : ici, trois frères qui se retrouvent et tentent à la fois de renouer contact avec leur mère et de faire le deuil de leur pater), le même soin dans les décors et les cadres, mais franchement pas de quoi s'extasier devant cette pseudo quête spirituelle qui tourne court et tombe un peu à plat.

photo_04

Il y a en avant-programme un court-métrage signé du même Anderson intitulé Hotel Chevalier (un genre de "première partie" de Darjeeling) qui met en scène les retrouvailles entre l'un des frères et sa femme dans un hôtel darjeeling_limitedparisien : c'est assez convenu jusqu'à une scène sexuelle un peu sauvage, scène que l'on retrouvera dans le long métrage entre le même personnage et une Indienne de feu (mieux que sur la photo d'ailleurs); on pense alors qu'Anderson va lâcher un peu les chevaux, mais cela tourne court. Pourtant, dès le début du long, on assiste également à une course hilarante derrière un train avec l'inénarrable Bill Murray qui se fait griller par Adrien Brody. On déchantera tant la suite manque de pêche et de rythme. Pourtant le trio des trois frères formé de Jason Schwartzman, Owen Wilson et Adrien Brody est sur le papier assez tentant en Pieds Nickelés qui décident le temps d'un voyage en Inde de faire la paix. Si le mot d'ordre est de "tout se dire" et "de se faire confiance", on assiste rapidement à un chapelet de mini-trahisons et de vannes qui fusent. Si les trois compères semblent prendre leur pied dans ce jeu de massacre, on se sent malheureusement un peu exclus. Ils passent leur temps à faire des mines dépitées, assis en rang d'oignon face à la caméra, mais on se lasse un peu de ces expressions un peu forcées. Leurs aventures dans le train sont loin d'être aussi drôles qu'ils ne le pensent, et lorsque le film tourne au drame - ils ne parviennent pas à sauver un gamin indien de la noyade - on tombe carrément dans un tristounet qui apporte bien peu d'émotion. Nos trois clowns blancs vont certes finir par se réconcilier, mais là encore on aurait voulu partager avec eux un peu plus de bon temps pour aboutir à ce final attendu. Je serais un peu moins dur que Gols sur La Vie Aquatique, mais il faut avouer que ce film lui donne un peu raison, tant Anderson se complaît dans les mêmes recettes un peu convenues (même l'affiche n'est pas vraiment originale, exactement dans les mêmes tons que la précédente); son film est loin d'être d'un très haut niveau burlesque, malgré le mal que se donnent ses acteurs.

Darjeeling

Une ballade indienne certes pas désagréable, mais un peu trop facilement oubliable. Pitite déception, clair.   (Shang - 25/02/08)


vlcsnap_63340Rien à ajouter à ce qu'écrit mon camarade, qui fait bien le tour de toutes les déceptions qu'on rencontre au cours du film : pas drôle, pas touchant, joué de façon pépère, une sorte de ton légèrement barré sans jamais déborder qui soûle, on s'ennuie à mort devant ce tout petit film plat et faussement profond. On voit bien où Anderson veut en venir, dès cette première scène (hilarante, dit mon gars Shang... ah...) où un quidam se fait piquer sa place pour monter dans un train : le Darjeeling Limited va se vouloir une métaphore sur l'existence elle-même, qui emmène des gens, en laisse d'autres sur le côté. C'est d'ailleurs la seule scène réussie du film : elle montre l'alléatoire du récit, nous faisant croire qu'on va suivre le destin d'un personnage (Murray) alors que c'est un autre qui lance le récit in extremis (Brody).

vlcsnap_63896Après cette ouverture intéressante, on se rend compte que le projet s'arrête là : la trame choisie est bien peu passionnante, l'inspiration de Anderson se limitant souvent à placer nos trois compères dans un espace X (l'Inde est jolie, on est d'accord) ou à trousser des micro-évènements aussi désolants les uns que les autres (un serpent s'échappe dans le train, 2 minutes de gagnées ; deux frères se battent, 3 minutes ; etc.). Pour tromper son ennui grandissant, le cinéaste travaille sur ses cadres, et réussit une belle esthétique de cinémascope. Le film est agréable à regarder (très belles couleurs également), et vide comme une outre en plein désert. La métaphore truffaldienne du train comme condensé vlcsnap_34591de la vie fait long feu, l'existence des trois héros étant aussi peu intéressante qu'une page blanche. Mais que voulez-vous, c'est encore une fois fashion à mort, ça doit figurer dans la vidéothèque de tout petit malin victime de la mode, alors on se tait. Ca confirme en tout cas mon impression sur La Vie Aquatique (corroborée aujourd'hui même par un de nos lecteurs, la révolte s'organise) : Anderson n'a rien à raconter, rien à montrer, mais a le mérite d'être où il faut (au coeur de la hype) quand il faut (aujourd'hui).   (Gols - 08/01/09)