Juste avant de se rendre en Chine pour livrer un portrait tout autant désillusionné du "modèle communiste", Antonioni avait déjà réglé son compte au "modèle capitaliste". Tourné à la fin des années 60, le film capte au départ l'atmosphère protestataire qui règne sur les campus : sa caméra se balade lors d'une assemblée générale où blacks et petits blancs discutent à n'en plus finir sur les moyens de résistance contre le flicage généralisé ; la discussion tourne vite au brouhaha et notre héros de quitter ce petit monde sur ces paroles laconiques : "Je suis prêt à mourir mais po d'ennui" - réaction purement individualiste ou réelle lucidité (?), notre Mark se procure quoiqu'il en soit un gun pour faire face aux C.R.S locaux... Lors de l'attaque des forces de l'ordre sur le campus, il est témoin du véritable meurtre d'un étudiant black par un de nos amis policiers et à peine a-t-il le temps de réagir que le flic est abattu à son tour. Notre Mark de prendre ses jambes à son cou et de tenter de quitter ce Los Angeles infernal. Tout comme un Godard de l'époque, Antonioni nous montre, avec une certaine maestria dans le montage, la pollution visuelle (pubs et enseignes de magasins tous les 2 mètres) mais aussi sonore des lieux. Si se faire un trip, c'est se permettre de prendre de la distance par rapport aux choses, rien de mieux alors que de chourer un avion...

zab460

Le film prend de la hauteur et notre Mark de trouver enfin de l'air pur en pilotant un petit coucou. Parallèlement, au sol, une bien joulie donzelle, Daria, se balade en caisse : elle doit se rendre à Phoenix où l'attend son boss qui s'occupe d'un projet immobilier en plein désert ; en route, elle s'accorde un petit détour dans un bled pour rencontrer un type, sûrement pour... euh... méditer. Elle ne trouve qu'un bar de vieux cow-boys décatis et conservateurs (ambiance véritablement lynchienne) et des gamins plutôt sauvages que l'on a apparemment "délocalisés" des rues de la ville... Reprenant la route, sa bagnole se fait littéralement draguer par l'avion du Mark, qui a dû être marqué par la vision de La Mort aux Trousses... Sauf que là ce sera plutôt l'amour... (rires) Nos héros feront ami-ami et se retrouveront lors d'une séquence mythique en plein désert, roulage de pelles, roulades dans le sable qui dégénère en gigantesque partouze primitive... Ambiance pipe Floyd. L'Antonioni, toujours aussi génial lorsqu'il laisse parler les images, livre un grand moment de cinoche totalement libéré et libertaire, loin de la cohue urbaine. Déjà, là, on soupire d'aise.

zabriskie_point_PDVD_006_

Notre Mark peinturlurera ensuite son petit navion avec les couleurs et les slogans hippies de l'époque mais plus dure sera la chute. Le cinéaste semble ne se faire d'ores et déjà guère d'illusion sur la fin de ce mouvement, comme si l'atterrissage était programmé... Notre pauvre Daria se retrouve comme deux ronds de flan et se rend comme une âme en peine au meeting. Après quelques plans purement antonioniens (un parfum d'Eclipse), on assistera à une vision apocalypto-atomique comme une volonté de faire péter une bonne fois pour toutes ce monde capitaliste de pacotille. Antonioni tutoie les anges et on reste coi.

93_look02

Discours engagés, violence urbaine, road ou plutôt desert-movie, érotisme orgiaque,... Zabriskie Point, derrière ses allures de film maudit, vaut on ne peut plus le détour. Une musique, ultra vintage, au taquet, des cadres du maestro à se flinguer, des ambiances toujours subtilement décalées (les discussions des gros capitalistes, l'apparition des touristes dans le désert, ce bar au milieu de nulle part...),... bref, belle idée que de ressortir ce DVD en ces temps troublés par les perturbations financières... et climatiques (une pensée pour nos amis de Lozère qui se retrouvent à la bougie... plutôt chiant pour voir des films).   (Shang - 16/12/08)


tumblr_muglv9JWtV1ston6vo2_500

Remis de cette tempête lozérienne (ils ont rétabli le courant la semaine dernière), j'attaquai moi aussi ce film que je n'avais jamais vu. L'enchantement sera au diapason de celui de Shang. Voilà un film en totale liberté, qui se moque complètement de toute grammaire en termes de rythme, de construction de scénario, de sens, de progression dramatique, et qui parvient de ce fait même à faire un cinéma nouveau, jeune, beaucoup plus révolutionnaire que les essais godardiens de l'époque. Certes, Zabriskie Point n'évite pas toujours la pose, l'intellectualisme sophistiqué inhérent à ce réalisateur, quelques séquences étirées à l'excès parce que ça fait bien. C'est le défaut du cinéma pour étudiants de l'époque : il faut bien prouver qu'on est intelligent et compliqué. Mais ce défaut, excusable, n'enlève rien à la prodigieuse puissance visuelle du film. Comme mon camarade, j'ai été particulièrement happé par cette scène de sexe, un délire formel qui se prolonge au-delà du raisonnable et qui, sur une musique particulièrement inspirée, passe du concret au cosmique en quelques minutes : une représentation visuelle de la "sensation", sexuelle, droguée, psychédélique, musicale, mise ici en scène dans un montage incroyable de virtuosité. Autre moment de pure virtuosité : la série d'explosions à la fin, où tout est passé cul par-dessus tête, culture, divertissement, mode, communication, pubs, etc. Une suite de plans lents accompagnés par les Pink Floyd en surchauffe, où la vision de l'Amérique par Antonioni prend toute sa force, des plans immédiatement cinégéniques qui vous rentrent dans l’œil et n'en sortent plus. Ajoutez à cela des plans sublimement cadrés sur ces intérieurs froids de bureaux (la vitre en élément fondamental de l'architecture moderne), cet emploi parfait du son et du silence, ces scènes de foule qu'on dirait prises sur le vif et en même temps très maîtrisées, ce sens du scénario décousu, presque nonchalant, ces milliers de références (de Hitchcock à Tati), cette critique frontale de la société de surconsommation américaine filmée dans le plus simple appareil, ce goût pour l'abstraction (les trompe-l’œil des bâtiments urbains), le mystère, le graphisme, cet humour très froid et parfois punk, ces ambiances vintage qui vous replonge dans le temps (pas si) béni des hippies, et vous obtenez un des plus grands films du monde.   (Gols - 28/04/21)

zabriskie1