2Parfois, trop de modestie peut nuire, et c'est le cas avec ce premier film de Anne Fontaine, qui n'est quand même pas grand-chose. Augustin est une sorte de Pee-Wee français, petit employé de bureau bègue et timide, mais convaincu de son talent et qui se rêve acteur de cinéma. Fontaine le suit dans ses castings, ses préparations de rôle, ses rapports avec les autres, et dresse un mignon portrait d'un être inadapté et impossible. C'est gentil comme tout, ça mange peu de pain, c'est plutôt agréable, mais ça reste vraiment dans le domaine de la minuscule chose oubliable. Quelques bonnes idées cependant : les acteurs improvisent visiblement, et comme Jean-Chrétien Sibertin-4Blanc, qui joue Augustin, est plutôt bon là-dedans, les autres comédiens semblent véritablement gênés par ce personnage décalé. La scène d'audition avec Thierry Lhermitte marque vraiment des points : celui-ci est embarrassé dans son jeu, poussé dans ses retranchements, au final assez mauvais mais plein de vérité. En opposant ce savoir-faire professionnel à l'amateurisme explosif d'Augustin, Fontaine filme de belles scènes d'embarras. L'employée d'hôtel chinoise, le client anglais, la collègue de bureau, tous seront déclarés perdants face à l'originalité d'Augustin. Les scènes vont jusqu'au bout, laissant l'acteur devenir vraiment dérangeant, voire dangereux.

5Fontaine tente aussi souvent de se débarrasser des pures séquences de situations dialoguées pour inscrire son personnage dans l'espace de la ville, mais pour le coup elle échoue à transformer le décalage verbal d'Augustin en termes physiques. Sibertin-Blanc n'est pas Tati, et malgré ses efforts évidents, son corps est un peu inexistant (ratage total de la scène finale où on le voit courir après des lapins dans un champ. Augustin n'est finalement qu'un petit essai rigolo, mais léger comme une bulle de savon, et qui ne restera pas dans les annales.