500NOTTE4

Il y a toujours quelque chose de déliquescent chez Antonioni, une infinie tristesse qui donnerait presque envie d'aller rejoindre les poissons rouges dans l'aquarium. Tout se délite comme ces murs qui partent en lambeaux, tout sonne faux comme ces bâtiments modernes sans âme, tous les personnages semblent rechercher quelque chose comme pour oublier qu'ils ont déjà tout perdu. Ce n'est pas forcément le film qui met le plus la patate, mais c'est aussi celui qui traque au plus près toutes les petites dégradations d'un couple qui n'ose même plus s'avouer que tout est terminé.

La_Notte_pic_1

Mastroianni et Jeanne Moreau rendent visite à l'hôpital à l'un de leurs meilleurs amis mourant. Ce dernier ne se fait plus guère d'espoir et ironise sur ces hôpitaux qui ressemblent de plus en plus à des boîtes de nuit, chambre tout confort, champagne à volonté, infirmière-hôtesse, comme si même la mort avait perdu toute sa dignité. Jeanne Moreau ne peut supporter plus longtemps cette mise en scène et part se perdre, erre, dans la banlieue de Milan, pose son regard sur des immeubles mourants ou une pendule cassée (c'est presque du Bergman), aguiche ici ou là des types dans la rue comme pour se donner l'impression d'être bien en vie. Mastroianni, lui, se laisse embarquer dans la chambre contiguë à celle de son ami par une nympho qui semble vouloir grappiller quelque ultime moment d'amour; chassé par les infirmières, il finit par rejoindre la Jeanne, peu fier de sa mésaventure qu'il ose à peine avouer. Il passe l'après-midi dans une fête qui célèbre le dernier livre de l'auteur, et si le bouquin est partout, il semble bien le dernier souci des invités. Le soir, avant de rejoindre une soirée organisée par un milliardaire, ils expriment la volonté de se retrouver un peu seuls pour boire un verre; cela tourne vite en eau de boudin, le Mastroianni n'ayant d'yeux que pour la sublime contorsionniste black qui fait son numéro sur la scène. Le couple finit par se rendre à la soirée (terrible réplique de Jeanne Moreau "on doit faire quelque chose" qui semble sortie tout droit d'En attendant Godot) où chacun se retrouve entraîné dans son coin, la Jeanne se laissant séduire presque malgré elle par un richissime gazier qu'elle finit par repousser, le Mastro se laissant subjuguer par la divine Monica Vitti, plus tentatrice que jamais, flirtant de plus en plus avec cette nouvelle "découverte". Un parfum de vacuité, d'inanité flotte sur cette soirée (il se met d'ailleurs à pleuvoir, ouais nan c'est po drôle - les riches s'emmerdent grave et c'est pas même rassurant...), Mastroianni se laisse prendre pour un temps dans les filets du milliardaire qui lui fait une proposition pour venir travailler pour lui... Le couple finira malgré tout par se retrouver, avec cette scène définitivement déchirante où Mastro n'est plus même capable de reconnaître une ancienne lettre d'amour qu'il a écrite à la Jeanne.

la_notte_moc_PDVD_012

Antonioni passe un couple sur le déclin au scanner et le constat a rarement été rendu avec un tel désespoir. Ses personnages transitent dans la nuit comme des ombres, cherchant ici ou là un quelconque divertissement pascalien, mais au final ce sont surtout les pleurs de quelques rombières effondrées qui finissent par résonner. Mastro tente de s'accrocher coûte que coûte à la Jeanne dans un dernier ébat amoureux mais personne ne semble vraiment dupe de ce brusque sursaut d'intérêt. Antonioni capte cette atmosphère délétère avec une grande maestria, fait boire à son couple la coupe d'un amour amer jusqu'à la lie. A voir résolument avec un gros moral.