Voilà sûrement ce que l'on peut considérer comme la meilleure version cinoche du bouquin d'Hugoche. Trois parties, classiques, la première s'organisant autour du personnage de Jean Valjean, la seconde des Thénardier et de Cosette, et la dernière faisant la part belle aux journées de 1832, de bonnes vieilles barricades pour demander la République.

1_les_mis_PDVD_015

Deux choses émergent avant tout: le style de Bernard qui s'offre un maximum de cadres de biais, un coup à droite, à coup à gauche (comme dans le dernier Hal Hartley... ouais po de rapport sinon) ce qui permet non seulement de donner l'impression, dans les confrontations (Javert/Valjean) que l'un prend plus ou moins l'avantage sur l'autre, mais surtout dans ce cadre 1.37:1 d'allonger l'espace et de donner aussi à certaines séquences (celle du procès en particulier avec Champmathieu) une approche décalée relativement moderne et un angle de vue en accord avec les turbulences psychologiques qui prennent place dans l'esprit de l'ancien forçat. Ce forçat est interprété par un Harry Baur royal, tête brûlée (et chauve donc...) à la sortie de son bagne, Jean Valjean impressionnant de par sa carrure et sa présence physique; en Mr Madeleine, sa personnalité s'efface derrière de longs habits noirs et des bouclettes de cheveux chenus; il est définitivement poilant en Champmathieu, jouant derrière ses grosses moustaches au bon gars incapable de s'exprimer clairement et de comprendre la situation dans laquelle il s'est fourré ; enfin, à moitié chauve en Fauchelevent, personnage plein de sagesse au seuil de la mort, il fascine par ses gestes gauches qui cachent encore une grande vigueur (il met leur race à la demi-douzaine de gars engagés par les Thénardier). Ancêtre de Philippe Léotard pour les poches sous les yeux, Baur est l'acteur complet qui donne une vraie grandeur à ce personnage mythique de la littérature, tout en le jouant avec une pudeur et une retenue des plus réalistes.

2_les_mis_PDVD_029

Dans la seconde partie, on pourrait retenir ces passages de l'enfance de Cosette chez les Thénardier, non seulement parce que la gamine possède la grâce et la fragilité du rôle mais surtout parce que les contrastes dans la taverne entre la bouffonnerie crasse de la famille Thénardier (mention spéciale pour la coiffure des gamines qui ferait rougir d'envie Marge Simpson) et l'assise ferme comme l'acier de Valjean sont remarquables: on ne tombe jamais dans la niaiserie, ni dans le côté misérabiliste de la chose; on a deux gros enfoirés qui en sont comiques par l'outrance de leur outrecuidance face à un Valjean qui en deux tours de main va remettre tout cela en place; même si la chtite Cosette avec sa chtite poupée est mimi comme tout, rien n'est fait pour en faire un tire-larme.

3_les_mis_PDVD_032

L'ultime partie a dû mobiliser l'ensemble des studios de Joinville (là aussi il y a une maquette des toits de Paris qui n'était pas obligée - même si comme le dit Gols, cela a toujours un petit côté bon enfant) puisqu'il se focalise donc sur ces journées de troubles à l'enterrement du général Lamarck, républicain. Cette jeunesse trente-deuxardes est bien sympathique par sa volonté de se battre contre les 3000 policiers emmenés par le général Sarko, euh non je confonds encore. Cette passion du vaincre ou mourir est belle de naïveté (je suis dur) et donne lieu à une jolie scène quand le gamin "Gavroche, fusillé, taquine la fusillade" (une des phrases préférée de mon ex-prof de français, cela lui fera plaisir); le gamin est un peu tête à claques mais passons.

3_les_mis_PDVD_035

Bien aimé également pour conclure les accents (l'accent parisien de la mort de certaines coquettes ou des gamines...) de l'ensemble de ces caractères qui donnent une vraie authenticité à ce monde d'avant la télé. Des accents rocailleux aux accents chantants, on a un beau panel de cette richesse. Certaines expressions aussi en voie de disparition (Mme Thénardier "rudoie" la chtite Cosette, son amoureux, un "gandin" est "mal mis"... Ouais? Non? Aime bien moi) sont un plaisir, Bernard ne tombant jamais dans le dialogue littéraire, lui préférant le ton populaire. Une belle réussite donc qui tient bien la route sur les 4h40.