MEL_VI_bUn docu d'1h30 de Sokurov sur Tarkovski, je m'en frottais les mains d'avance. Et ben boum, catastrophe, énorme déception, c'est plat de bout en bout. Sokurov, contrairement à Chris Marker qui avait su trouver un angle personnel pour parler de ce maître, reste totalement aphone, ne tente aucun commentaire, aucune pensée, aucune réflexion: il semble comme aveuglé par la seule présence de Tarovski à l'écran ou par les extraits de ses films; on a droit, avec une image qui n'est pas d'une grande qualité, à de longs morceaux de Nostalghia (bon autant se faire le film en entier), aux mêmes extraits pris par Marker de Tarkovski en tournage sur Le Sacrifice - mais en noir et blanc et sans aucune analyse et comparaison avec la séquence du film - et cerise sur le gâteau, on visite les différents apparts du maître... Certes le gars a fait des films sur la mémoire, mais franchement nous montrer son deux-pièces en Russie, personnellement je m'en contrebalance... "Tarkovski avait peu de meubles..." - c'est bon mon appart est comme le sien, moi aussi je peux être un génie, je commence demain, tiens... Franchement, de qui se fout-on dans ce montage d'images d'archives: la mort et l'enterrement de Brejnev sont intercalés tout d'un coup... on nous dit pas le rapport avec l'œuvre de Tarkovski... Nan mais on avait des bouts là qui traînaient...  Sur les thèmes, la mise en scène, le montage, l'image de Tarko, Sokurov ne lâche pas un poil d'idée et on se demande au final ce qu'il a voulu montrer ou dire en faisant ce docu... Tarkovski, lors d'un court extrait, dit brièvement qu'un artiste est quelqu'un qui se sacrifie pour les autres, idée qu'il développe dans son livre, bien... Sinon on apprend vraiment que dalle - si ce n'est sur sa vie privée: il a changé d'appart 4 fois, putain c'est passionnant. Mouais raté ce truc et plus que décevant connaissant le bonhomme. Aucune étincelle.