Il était tellement rare de voir un film de 1972 qui a moins vieilli que soi-même que cela touche vraiment à la magie. Peckinpah réalise LE polar des années 70 avec un Steve Mc Queen au top de sa forme.

The_Getaway_pic_1

The Getaway est définitivement un excellent film qui s'ouvre sur 20 premières minutes hallucinantes de justesse, de profondeur, de rythme, de sens : on découvre un Mc Queen le visage fermé, le regard éteint, qui se voit refuser sa remise en liberté provisoire après 4 ans en tôle : le bruit lancinant des machines dans l'atelier dans lequel il bosse tous les jours suffit à nous faire bien comprendre qu'il en a ras la casquette - superbe générique aussi avec ces arrêts sur images qui figent pour un temps inifini le Steve; il demande à sa compagne de tout faire pour le faire sortir et c'est chose faite dans le plan suivant (efficacité totale, du propre). La séquence derrière envoie du lourd lorsque Mc Queen ne peut s'empêcher d'imaginer les choses qu'il va faire avant même de les faire (sauter dans la rivière tout habillé avec sa compagne) comme s'il ne pouvait se défaire de l'habitude contractée en prison de ne vivre qu'en imagination. La séquence est parfaitement emballée et parvient à nous faire comprendre l'état psychologique du type; la scène au lit dans la foulée avec ce miroir qui renvoie sa détresse, comme si ces désirs sexuels appartenait à un autre monde - en tout cas pas à la réalité - est tout autant au diapason et d'une tristesse inifinie. On retrouve enfin notre Steve en tête à tête avec l'homme qui l'a fait sortir de prison sur une barge flottante: il a quitté sa cellule mais sa situation est loin d'être plus stable. Bref, on pourrait enquiller comme ça jusqu'au bout, les superbes idées de mise en scène qui permettent de traduire parfaitement les fêlures internes du personnage, le trouble dans le couple. Car si on a notre lot de cascades de bagnoles, de dézinguages avec des balles qui traversent les portes et les murs, de policiers à l'affût à chaque coin de la ville, ou de personnes prêtes à dénoncer les deux fuyards qui ont à moitié foiré leur casse, la véritable tension tout au long du film est bien celle qui se passe au sein du couple : Mc Queen ne semble pas pouvoir pardonner à la chtite Mac Graw d'être allée "aussi loin" pour le sauver (on devine qu'elle a dû se taper le méchant moustachu responsable de sa libération) même si tout du long on se demande s'il ne s'agit pas pour lui d'un échappatoire qui lui permette d'oublier qu'il s'est comme blindé vis-à-vis de toute émotion. Il faudra qu'ils se retrouvent dans l'intimité d'une benne à ordures pour se débarrasser de toutes les scories du passé.

Getaway_Showdown_in_El_Paso

2h menées tambour battant, avec toujours des petites idées en passant qui donnent un charme dingue au film, comme ces regards d'enfants qui s'amusent des échanges violents de balles dans la rue (comme si cette génération était déjà loin du temps de l'innocence...); comme ce malfrat qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Jean-Luc Bideau - il prend en otage une femme et son mari et il attache ce dernier sur une chaise pendant qu'il couche avec cette dernière pleine de bonne volonté; le mari muet et tétanisé finira par se pendre (la séquence où elle caresse le pistolet de Jean-Luc avant de se diriger vaillamment vers sa braguette ferait frémir de nos jours l'ensemble de cette Amérique profonde puritaine et bushienne); ou encore comme ce jeu entre le Steve et l'Ali qui passe plus par des regards, des mines anxieuses que par des mots (devrait faire stage chez Peckinpah le Tarantino pour éviter ses surplus de bavardage). The Getaway, go in.

The_Getaway_pic_3