1959_romeo_julie_a_tma

Superbe film tchèque, sur fond d'occupation nazie; une histoire simple comme bonjour: une jeune homme, Pavel, décide de cacher dans le grenier de son immeuble une jeune femme juive, Hanka, qui, sans nouvelle de ses parents déportés, refuse de se rendre aux autorités. Entre acte de courage et tension permanente, Pavel tente de résister à la pression des Allemands qui punissent toute aide aux Juifs de la peine de mort. Il n'hésite point également à rompre avec sa sublime camarade de classe blonde pour se concentrer sur cette nouvelle amie dont il va peu à peu tomber amoureux.

romeo1

Tout l'équilibre du film tient dans le jeu éblouissant des acteurs, d'un naturel confondant et dans l'alchimie qui se crée entre le protecteur et sa protégée; si une histoire d'amour entre eux semble inévitable, elle n'émerge que peu à peu: Hanka commence par se refuser, ne parvenant pas à cerner réellement les motivations de Pavel, et se dérobe à ses premiers baisers; cela fait suite à une scène de danse entre eux dans le grenier - instants magiques comme seuls les grands cinéastes savent parfois en capter - qui les amène au "septième ciel", les deux acteurs étant filmés tour à tour, sous des cieux cléments, avant un brusque retour à la réalité lorsqu'il font chuter un broc. Si Pavel parvient à garder le secret auprès de sa grand-mère chez qui il vit (elle qui est prête à toutes les concessions pour le préserver de tout danger), son grand-père n'est point dupe et aidera Pavel jusqu'au bout dans sa tentative. Malheureusement il y a une enflure de voisine qui couche avec un officier allemand (elle ressemble à ma prof de Science Nat, j'étais sûr depuis le début que c'était une vraie salope) qui hurlera aux quatre vents lorsqu'elle se rendra compte que l'on cache une juive dans  l'immeuble - je vous dis pas la fin, ça donnerait envie de casser un mur avec les poings. L'idylle entre Pavel et Hanka a tout de même eu quelques moments de répit et certaines scènes sont d'une grande intensité, leur village collé l'un à l'autre guettant les étoiles et rêvant de se trouver dans un autre temps. Hanka a un petit quelque chose de la Juliette Binoche de Mauvais Sang et cela la rend d'autant plus craquante (la blonde, elle, est plutôt du type Laura Dern, belle à se damner mais sans cette petite pointe de charme en plus).


romeo_julie_tma

Le noir et blanc est quant à lui de toute beauté, et l'on finit par se dire que le cinéma tchèque dans les années soixante était d'une diversité et d'une qualité de premier ordre... Encore un cinéma qu'on a tué...