debruitetdeterreur88_jjvBrisseau est l'un des premiers à se pencher sur les banlieues françaises et livre un film qui 20 ans plus tard garde toute sa rage et son désespoir.

Lorsque son fils met le feu aux paillassons, Cremer (extraordinaire en fou furieux) accueille le gardien et les voisins à grands coups de poings dans le ventre; pour l'assistance sociale ça vire à la menace sous pistolet; sinon, au mieux il s'entraîne avec son oncle à faire des cartons à la Winchester dans son couloir... Si l'aîné, malgré la pression de son père qui se fait un petit pactole de fric dans divers trafics, tente de s'en sortir en rentrant dans les rangs (travail stable, petite amie de "bonne famille"), le plus jeune, jaloux de ce frère et du manque d'attention du père part en gueunille vegra; comme rien ne l'arrête et qu'il est prêt à tout pour épater le gang du coin et son camarade de classe, plus jeune, qu'il entraîne dans ses délires, s'en suit une longue descente en enfer, avec coktails molotov balancés sur des voitures, attaque au couteau et viol. Fort de son expérience de prof dans les banlieues, défiant tout pouvoir politique ou médiatique, Brisseau signe le film que personne à l'époque n'a envie de voir: une triste réalité devant laquelle tout le monde se voile la face - ce n'est pas en évitant de parler des problèmes de front/fond qu'on peut espérer un jour les résoudre. Le film porté par un tonitruant François Négret n'a rien perdu de sa hargne et son énergie, et peu de films des années 80 peuvent encore prétendre à un tel statut. Il y a en parallèle la vie de ce jeune camarade qui se réfugie dans un monde de fantasme et de rêve et qui devant une telle violence finira par choisir -en se tirant une balle- de rejoindre son autre monde. On assiste également déjà à un portrait de ces classes en difficulté et de ces profs qui bossent dans des conditions de fou, sans recevoir un quelconque soutien de leur supérieur qui préfère souvent étouffer les problèmes.

arton427_450x298

Brisseau frappe là où ça fait mal et signe un film "prise de conscience"... Qu'a-t-on véritablement changé depuis...- c'était il y a 20 ans et maintenant? C'est pire....? Un grand chantier politique, non?