Découvert avec Last Day in the Universe (genre de Lost in Translation thaï, si vous ne voyez pas ce que je veux dire c'est pas grave), Pen-Ek nous convie cette fois dans un monde presque lynchien, déshumanisé, fait d'errance, de couloirs (mentaux) éclairés avec des néons qui grésillent (cellules grises qui disjonctent), avec toujours une petite pointe d'ironie salvatrice. L'image gris-orangé est toujours parfaitement soignée, la bande son omniprésente mais en sourdine institue toujours un climat trouble comme les eaux du Yangzhe et si parfois on peine un peu à savoir où il veut nous emmener (ah oui c'est lent) on reste complétement immergé pendant deux heures - et rares sont les réalisateurs capables de nous plonger dans leur propre univers.

vaguesinvisibles02

Kyoji assassine la petite amie de son boss avec laquelle il entretient une liaison. Cet acte qui le rend réellement malade (il ne cessera de vomir tout au long du film), comme s'il avait détruit son équilibre mental, va lui faire traverser une période passablement délicate (il s'embarque aux frais de son boss pour une croisière entre Hong-Kong et Phuket) où dorénavant les anomalies feront partie de son quotidien: dans sa chambre, sur le navire, tout est pété ce qui donne lieu à des scènes d'un humour grinçant: jets de douche dans la tête dès qu'il rentre dans sa salle de bain, enfumage au départ du bateau, plombs qui sautent, lit qui se relève automatiquement, chambre qui se ferme de l'extérieur... bref pas facile de ne pas devenir un poil paranoïaque comme si l'univers se refermait peu à peu sur lui; il rencontre sur ce navire quasi désert et souvent immobile (!) une femme avec son bébé, rencontre du destin puisqu'il s'agit de la future compagne de son boss. Arrivé à Phuket, tout part en bande, alors qu'un mystérieux "Lézard" (grand passionné de karaoke ce qui nous donne quelques morceaux de bravoure) le suit où qu'il aille - il s'agit en fait d'un homme de main de son boss,  qui veut se venger de la liaison qu'il entretenait avec la fille: agression, vol, notre pauvre Kyoji est complétement perdu ne sachant plus à qui faire confiance et échappe par miracle à une tentative d'assassinat; il finira par revenir sur ses terres, bien décidé à se venger mais devant le bonheur de son boss, il préférera s'effacer et se résoudra à mourir sachant qu'il n'est de toute façon plus qu'un fantôme d'humanité -on se croirait presque dans un livre de Murakami.

vaguesinvisibles01

On est souvent destabilisé par ce scénario qui nous mène par le bout du nez, Pen-Ek nous faisant plus ressentir les états d'âme de son personnage qui vit comme une ombre plutôt que de chercher une véritable veine narrative. On peut s'en agacer comme on peut se laisser doucement bercer par ce rythme délicatement lancinant.