18365860C'est très bien de vouloir faire un thriller à la française. C'est également très bien de s'adjoindre, à l'assistanat de mise en scène, le gars Dominik Moll qui, quoi qu'on en dise, n'est pas manchot pour créer des ambiances. C'est très bien itou de situer son scénario dans les milieux obscurs des salles d'opération chirurgicales, lieux de fantasmes sanglants et obscurs. C'est très bien idem d'engager Laurent Lucas, inquiétant même quand il ne fait rien...

Mais il aurait été encore mieux d'instiller un tout petit peu de trouble dans cette trame relâchée, qui fonctionne sur les trois premières minutes seulement. Pour inquiéter le chaland, il faut d'autres talents qu'une certaine culture cinématographique et des noms au générique. Qui a tué Bambi ? s'écrabouille très vite comme un vieux flan. Dès que Marchand nous a montré quels vont être les enjeux de son suspense (Lucas est un violeur de malades sous anesthésie,18365863 Sophie Quinton la petite infirmière qui va l'affronter), il ne sait plus du tout quoi raconter, ni surtout comment le raconter. Hésitant sans cesse entre une trame faite d'attraction/répulsion entre les deux personnages, de rêves étranges, de vérités suivies de démentis humiliants, de pics de stress suivis de plages de calme, le gars ne tient plus rien du tout, le film lui file entre les doigts, et on s'ennuie méchament. Pour meubler jusqu'à son dénouement ce scénario improbable, il imagine de faire s'évanouir son héroïne toutes les 37 secondes, pour mieux nous induire le fait qu'il se passe sûrement des tas de choses pendant ces évanouissements. Ben oui, mais au bout d'un moment, on a bien envie qu'il se passe autre chose que ça. La mise en scène est à l'envi, Moll a dû se gratter quelque peu l'occiput devant ces ralentis minables et ces zooms "hachés" trop class (la scène de la boîte de nuit). Lucas est oublié sur le bord, se contentant de regarder la caméra pour nous faire croire qu'il est dangereux. Bref, ce film est, comment dirais-je, très nul, et puis c'est tout.