duck_soup50_1_Moins délirant qu'Hellzapoppin', moins profond que le Dictateur, Duck Soup réserve tout de même quelques bons morceaux de bravoure: on peut certes un peu faire la fine bouche devant la facilité de certains gags, la scène de Groucho Marx devant le faux miroir, l'échange des chapeaux entre les vendeurs de cacahuètes et le vendeur de limonade excédé, ou encore la comédie musicale finale qui part dans tous les sens méritent leur place dans l'anthologie du burlesque. Les tirades pétaradantes du Groucho Marx envoient du bois et on se dit qu'à choisir entre lui et Bayroux à la tête de l'Etat, il y aurait quand même pas photo. Bon voilà une petite heure pas déplaisante sans extase, mon oeil bastiennisé ne pouvant s'empêcher de tiquer pour toutes les petites maladresses de montage mais on se dit qu'en 33 avoir déjà une bonne caméra, c'est pas mal. Longue vie à la Freedonia et à l'humour systématique de cette bande de quatre fous furieux....