047226_afDrôle de Félix est un petit film, de ceux qui passent comme de rien, et dont il ne reste pas grand-chose après. C'est du bon travail, on est d'accord ; Ducastel et Martineau sont de bons cadreurs, et leur mise en scène est souple. On reconnaît la patte de Jeanne et le Garçon Formidable dans cette caméra mobile, qui filme le soleil sur un escalier marseillais ou un couple qui s'enlace en un travelling très comédie musicale, rapide et légère, pour ensuite s'arrêter sur des plans fixes très bien dosés. Le scénario aussi est très repérable, avec cette homosexualité qui s'affiche sans tabou, très sereinement. Le film est assez lumineux, et semble vouloir cacher sous les couleurs de nos belles campagnes françaises de sombres vérités (racisme ordinaire, exclusion, SIDA, familles déstructurées, solitude...). Mais Drôle de Félix appuie de façon trop maladroite sur ce faux sujet de la quête d'un père absent : on comprend vite que le scénario va s'ouvrir sur un autre sujet. Bouajila ne cherche pas son père, il cherche à reconstituer une famille au cours de son road-movie, et il trouve effectivement un frère, une grand-mère, un cousin, une soeur, et un (autre) père. Mais sorti de ce sujet un peu balisé, le film ne raconte finalement pas grand-chose de passionnant. Comme les autres oeuvres des gars, celle-ci est truffée de maladresses, surtout dans le jeu des acteurs, très flou, et dans les dialogues un peu à côté de la plaque. Au final, l'impression d'avoir vu un petit truc très correct, pas désagréable, mais en fin de compte sage et oubliable.