desaccord_1_On voit bien quel plaisir De Caunes a dû avoir de réunir Rochefort et Rampling bien contents eux-mêmes de trouver des premiers rôles. On devine même dans les premières séquences que les "directives" de De Caunes à Rochefort ont dû se limiter à "vas-y putain fais ce que tu veux et même plus encore, je suis fan"... Mais on a beau avoir beaucoup de tendresse pour ces deux grandes figures de notre paysage cinématographique, ce scénario qui tient sur une nappe de table - ben alors, ils se sont aimés, se retrouvent 30 ans plus tard et se jette des vannes à la tête mais en fait ils s'aiment - est d'un poussif qui m'a fait jeter l'oeil toute une partie du film sur les jolies nuages vus d'avion. Ca tombe à plat de bout en bout et l'avion était bien le seul à réussir à se maintenir à ce niveau d'altitude... Presque honte de mettre De Caunes dans les réalisateurs s'il y avait pas mon nom... On va dire que cela est au même niveau que sa reconversion d'acteur : ce serait bien qu'il arrête son cinoche et reprenne la télé où il a toujours gardé le sens du rythme...