18608103Je crois que j'ai un réel problème avec Almodovar : je suis le premier à trouver que c'est un immense cinéaste, je suis le premier à me précipiter à tous ses nouveaux films, je suis un grand admirateur du gars... mais ça ne me touche pas. A deux ou trois exceptions près (La Mauvaise Education ou En chair et on Os), ses films ne me font rien. C'est dit, et croyez bien que j'en suis le premier désolé.

Volver est donc un film magnifique.
La direction d'acteurs (d'actrices en fait) est au petit poil, avec une mention sublime à l'inattendue Penelope Cruz, qui nous avait plus habitués à des merdasses minaudières : ici, elle est non seulement belle à mourir (elle a des yeux de manga qui lui bouffent la figure entièrement, avec des pupilles d'un noir abyssal), mais elle est très émouvante, dans un personnage de femme qui doit affronter toutes les merdes d'une existence à la fois. Almo la filme amoureusement, très près, la costume de couleurs éclatantes et toujours originales, la fait pleurer ou rire ou taper des mains en l'aimant comme un fou, et la fait chanter (seule scène assez moyenne du film, alors qu'il aurait pu atteindre là une émotion inoubliable ; mais Penelope est mal doublée, la chanson est moyenne, trop courte, et mal montée). Les autres comédiennes, cela dit, sont au diapason, toutes superbes et drôles et profondes.
La mise en scène est comme toujours parfaite, avec un montage tout en subtilités, en gros plans nets etvolver1 francs, en rythmes doux, fluide et musical. A ce propos, le montage images/musique est particulièrement réussi, ça rappelle le travail Herrmann/Hitch dans l'espèce d'osmose entre les deux arts.
Le scénario, un peu trop léger peut-être à mon goût, est pourtant joli aussi, et aborde sans en avoir l'air des thématiques lourdes et graves (les rapports maternels, la mort, la maturité, le matriarcat, la difficulté de vivre...). Sous des airs de "polar" matiné de fantômes et de joie de vivre, ce film-là ne faillit pas aux thématiques du grand Pedro. Le plan final (une vieille femme qui sort du champ pour partir vers sa solitude) est là pour nous rappeler qu'Almodovar est loin d'être un simple amuseur.
Même le générique final est un des plus beaux qui soient (Bass n'est pas mort).

18480697Mais voilà, comme toujours, je ne suis pas totalement convaincu, je ne suis pas bouleversé, je ne suis pas touché à 100%. Quelque chose me manque, et ce qui est ballot c'est que je ne sais pas ce que c'est. Ce ne sont pas les deux-trois "erreurs" du film (l'humour prout, bof ; la critique de la télévision, mouaif ; les rebondissements un peu trop appliqués du scénar, admettons). Ce n'est pas non plus cette impression que Almodovar fait toujours le même film, je trouve au contraire qu'il mûrit très bien, que ses films sont de mieux en mieux, qu'il porte un regard enfin adulte sur le monde. Non, je crois que c'est une pure question de style général. Almo et moi avons des univers différents, que voulez-vous que je vous dise. J'ai du mal à être ému devant ses thèmes, devant ses personnages, devant ses élucubration baroques... Voilà : je n'ai absolument rien à reprocher à ce film, allez-y, et aimez-le.   (Gols - 12/06/06)


13969_1_Je dois avouer en choeur avec mon co-blogueur avoir été déçu mais alors là déçu par ce nouvel opus almodovarien - d'autant que j'étais déjà complétement mais alors là complètement passé à côté de La Mauvaise Education. Que l'univers de ce film soit à deux ou trois personnages près entièrement féminin, ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre. Que le regard de charbon de la Pénélope soit aussi abyssale que les mines d'Hoffman, grand Dieu oui, et on est prêt à y tomber... mais sinon? Que se passe-t-il vraiment? Deux femmes ont été abusées par leur père ou leur beau-père et ceux-ci ont fini par périr par le feu ou dans le sang... A partir de cette base ultra dramatique et tragique (c'est une manie ou une malédiction?), peu de réels rebondissements et le film se traîne gentiment en longueurs. Il y a bien ce joli personnage de "fantôme" de la mère qui est ruiné dans le plan suivant en la faisant passer pour une aide-coiffeuse russe (il a pas arrêté la dope, le Pedro, je veux pas le croire... Ca sort d'où cette idée à deux pesos, fusil?). Bref, peu touché également au long de ces deux heures, et la fin est tellement cousue de fil blanc qu'on la voit venir de très très loin; aucun mystère ne plane sur le récit, deux types ont morflé en l'ayant bien cherché, emballé c'est pesé. Seul petit moment titillant tout de même, à la fin, dans ce dialogue entre la mère et la fille enfin réunies:

- J'ai tellement besoin de toi, maman. J'ai toujours eu besoin de toi.

- Ne dis pas des choses pareilles, Raimunda, j'ai les larmes aux yeux; les fantômes ne sont pas censés pleurer.

Bon là je dis pas.   (Shang - 23/12/06)