dvd_bigclock_01_1_Voilà une oeuvre que n'aurait pas désavoué le Hitch et qui vous remonte comme une pendule - un bon vieux film noir assorti d'un suspense haletant.

Pas de bol pour Ray Milland, journaliste et fin limier pour découvrir où se terrent les assassins, qui n'a pas pris de vacances depuis 7 ans. Sa femme - la délicieuse Maureen O'Sullivan - est à deux doigts de la crise de nerfs, mais ce soir, je te promets chérie, rien ne pourra m'empêcher de partir enfin en lune de miel. Et pis forcément dans ces cas-là, il aurait mieux fait de se taire... Non seulement il va louper son train (j'en connais d'autres comme ça qui arrive en retard à l'aéroport, remarquez), il va se saouler la tête avec une blonde et quand il décidera enfin de prendre l'avion pour aller retrouver sa femme, il apprendra en arrivant qu'il est le suspect numéro 1 dans le meurtre d'une mystérieuse blonde (oui, la même forcément). Rentrant illico presto, il se retrouve enquêtant sur lui-même, tentant par tous les moyens de réunir parallèlement les preuves sur le véritable meurtrier: son boss lui-même (excellentissime Charles Laugthon dans un rôle de gros moustachu qui fait immédiatement penser à Michel Simon), gérant bigcloc7_1_d'une immense industrie d'édition. Les deux hommes vont alors jouer au chat et à la souris, l'un bénéficiant de moyens énormes, l'autre d'un réseau d'amis.

Dès le premier plan-séquence de ce film construit en flash-back, on comprend que l'on a pas à faire à du tout venant vue la complexité du mouvement de caméra, l'on est d'entrée de jeu entrainé dans cette petite mécanique aux rouages parfaitement huilées, la pression ne vous lâchant plus. Si les multiples preuves finissent par accabler le pauvre Ray, qui se retrouve cerné au sein même de son immeuble par une foule de témoins desquels il doit se cacher, son sens du timing et l'aide de sa femme parviendront à déjouer ce compte-à-rebours qui le désigne comme le parfait faux-coupable. Grand sens de la mise en scène, des personnages parfaitement en place - sans parler des seconds rôles très réussis et souvent savoureux (dont l'excellent et inquiétant Dan Tobin en homme de main muet), du lourd qui n'a pas pris une ride.