05_1_

La complexité et les tarbiscotements du scénario font automatiquement penser à quelques films d'animation japonais (Ghost in the Shell par exemple) comme si l'esthétisme particulier du film n'était pas une fin en soi: comme ce joli procédé manque un peu d'émotion et de profondeur (de champs), il semblerait que les auteurs veuillent nous emmener dans une histoire hyper-complexe (qui au final reste très simpliste: le secret de l'Immortalité a été trouvé! - po au courant moi) pour combler les vides. Attention, le projet est ambitieux dans le cinéma français d'aujourd'hui et on ne va pas se plainde de cette tentative qui sort des sentiers battus - d'autant que cela se regarde aussi sympathiquement que la parade des dessins-animés quand j'étais petit - je me suis même fait une tablette de chocolat. On peut regretter malgré tout le manque de prise de risque des producteurs face au genre pour empêcher le film d'être interdit au moins de 8 ans... érotisme, action, humour, décalage, l'ensemble se prend très au sérieux sans jamais partir sur de quelconques voies de traverse pour donner un peu d'air et de souffle.

27_1_

Ne boudons pas notre plaisir et reprenons un seau de pop-corn, d'autant que l'univers urbain parisien en 2054 est particulièrement impressionnant dans son graphisme - même si on apprend avec une certaine surprise qu'on continuera de boire du Coca-Cola light et que la Fnac continuera d'exister malgré leurs tarifs exorbitants - ça jure un peu dans l'ensemble...