jenifer2_748790Jamais été un grand fan de Dario Argento, bien que je lui reconnaisse des qualités, mais de façon sporadique : il y a dans la plupart de ses films au moins cinq ou six plans bien sentis. Ce Jenifer est de très bonne tenue, surtout dans l'émotion qu'on ressent à voir ce vieux de la vieille rendre hommage aux "Masters of Horror" qui l'ont précédé. On reconnaît avec malice tous les clins d'oeil cinéphiliques du gars : le personnage principal, jeune femme au corps sublime mais au visage horrible, rappelle Elephant Man ; la présence du cirque aux monstres renvoie à Freaks ; la jolie scène de la petite fille qui lance des fleurs dans sa piscine est une allusion mignonne au Frankenstein de James Whale ; la musique (magnifique) est presque copiée sur les compositions d'Herrmann pour Hitch, puis dévie vers le Carpenter première mouture... Bref, on fait un agréable petit tour dans le monde des films qui font peur, et c'est assez touchant.

Bref, Argento fait du bon vieux cinéma comme on l'aime, ressort les vieilles recettes qui fonctionnent toujours à merveille, et livre un film d'un classicisme élégant. Ceci dit, le format court (le film dure 55 minutes) dessert franchement le scénario, qui tente d'utiliser l'ellipse pour décrire le parcours psychologique des personnages, mais n'y arrive pas : l'histoire est franchement peu crédible, on ne croit pas à ce truc de flic qui tombe sous le charme du monstre cannibale qu'est Jenifer. Elle a beau être visiblement un super-coup au lit (d'ailleurs Argento a l'air de vouloir enfin parler sexe de façon crue et directe, mais échoue, en coupant ses scènes de lit beaucoup trop tôt, prude comme tous les réalisateurs de films d'horreur), on ne croit pas à cette attirance : elle bouffe quand même un chat, une petite fille, et deux messieurs, avant que le type se décide à se dire que c'est peut-être pas l'amour de sa vie.

Les scènes gores sont rigolotes, bien sanglantes, et la première partie du film est élégament mise en scène. Un film à la papa fait par un gars qui connaît toutes les ficelles. Très sympa.

cattheotherwhitemeat