jigokunakagawa17_1_Voilà ce que l'on peut appeler honnêtement un vrai film de barge. Déjà rien que de penser au mini-résumé de la première heure, ça me fatigue: en gros, un gentil étudiant n'a pas de bol d'avoir pour ami un type (la même tronche que Yao Ming en japonais et en plus petit - [pour mon ami Bibice, c'est le Chinois qui joue au basket et fait 2.87 pieds-nus]) qui est le diable incarné: d'abord, ils vont écraser un type saoul sur la route - pas de bol. Ensuite, rongé par le remord, notre étudiant accompagné de sa fiancée veut se rendre en taxi au commissariat du coin pour se dénoncer - le taxi roule super doucement mais se plante dans un arbre: elle décède sur le coup - sale semaine, mais c'est po fini. Il se rend dans la maison de retraite où sa mère se meurt (elle y passe aussi) et finit par se retrouver sur un pont (plan assez magique d'ailleurs, l'image se retrouvant la tête en bas) face à la femme du type saoul qui veut le venger... Elle coince son jigokunakagawa16_1_talon dans une rainure (ça lui apprendra... qui fait le malin...) et passe par dessus le pont (belle chute)... là son pote diabolique se pointe et après une lutte de deux fois rien lui aussi il passe par dessus le garde-fou... Po fini: je vous passe les détails avec la mère du type saoul -revenchard le jap! (ça n'en finit pas bordel) qui veut se venger en donnant du saké empoissonné (on se demande bien pourquoi d'ailleurs) aux personnes de la maison de retraite... j'évoque à peine un ultime repas avec des poissons rances qui fait mourir le peu de gens qui restaient (Les Monthy Python en pire)... même notre héros meurt, étranglé par la mère du type saoul écrasé, pendant qu'il étrangle lui-même Yao Ming, son pote qui est revenu de sa chute de 50 mètres en mort-vivant: quel bordel quand même...

jigokunakagawa11_1_Bon tout le monde se retrouve en enfer, et c'est pas volé... On a droit alors à un délire visuel impressionnant, images ultra colorisées (vert, bleu, vert, rouge...) avec bébé sur feuille de chou (ah ouais sa fiancée était enceinte au moment de l'accident et il essaie de récupérer le bébé qui se barre sur un fleuve rouge...), corps nus qui gesticulent, scènes ultra-violentes de tortures (tronçonnage. dépiautage, transperçage: la panoplie de Zorro en version collector), concours de cris (au ciné, il faut prévoir un jeu de boules Quiès), cercles infernaux et infinis de l'enfer... Bref, le genre de film à passer à votre gamin avant qu'il s'endorme, s'il fait le malin... C'est à voir pour la forme, sur le fond, ça frôle quand même un peu le n'importe quoi. Pour curieux du genre...