maindefersb_05_1_Voilà un classique de Rrrrrrhung Fu, comme on dit par chez nous, auquel Tarantino emprunta quelques thêmes musicaux, des éléments de décors, sûr,  ainsi que l'idée des filtres de couleurs partiels (Du rouge sur les mains pour montrer le power de la mort, du vert sur la tête d'un cadavre pour montrer le power de la mort, aussi).

Le réalisateur de ce film de Hong-Kong est donc coréen, Lo Lieh, l'acteur principal que je ne connaissais point est plutôt convaincant et ça fight, ça fight, ça fight. Notre héros doit gagner le tournoi face aux méchants, sinon ceux-ci prendront le contrôle de la province! Il perdra en route ses deux maîtres assassinés par les méchants qui entourés de 4 Japonais ne font po de cadeaux. Il y a notamment le coup de la fourchette qui permet d'arracher les deux yeux d'un coup qui laisse froid. Sinon le héros est partagé entre son amour d'enfance et celui d'une chanteuse rencontrée en route, mais on peut pas dire que ce soient les points forts du film. D'ailleurs puisqu'on en parle c'est quoi? A part ce côté "précurseur", il faut avouer que c'est pas super passionnant... oui il y a la période d'apprentissage, oui il y a la période de doute lorsqu'il se fait broyer les mains, oui on casse pas mal de fioles de vin et il y a plein de farine qui s'envole quand les coups font schlok mais bon... C'est sympa les Show Brothers mais leurs histoires lassent rapidement -  je ne suis pas non plus un grand fan de Rung Fu, remarquez bien.