april_20story_1_Bon j'ai compris pourquoi les Japonais étaient fans de Sophie Marceau: c'est aussi le pays de la niaiserie adolescente (Candolero) et de la placidité (Candoléro). Faire un film en 1998 plus tarte que la Boum, faut réussir quand même le tour de force, surtout pour évoquer l'entrée en Université d'une étudiante... Je sais bien qu'à 19 ans on est un peu pataud, mais de là à avoir 3 pieds dans le même sabot... Autant Conte d'été est un bonheur de justesse (oui le cinéma de Rohmer est un peu bavard mais ce film là est tout simplement parfait... et je dis pas ça parce que je fais la doublure plage (le dos) de Mevil), autant là on est dans un monde si éthéré et bébête qu'on en souhaiterait un massacre à grand coup de patins à glace... la présentation de l'héroïne le premier jour de fac à Tokyo (elle vient d'Hokkaido, elle est en pull ("t'as pas chaud?"), tout le monde rit... mon Dieu que c'est con), le club de pêche à la ligne où ils s'entrainent sur l'herbe (sont mûrs ces Japs), sa voisine aussi niaisasse qu'elle (tu dis "cunnilingus" tu vas en prison dans cet autre monde...). J'arrête. Iwai, faut pas waier. Ou si tu as moins de 12 ans.