cha101_1_Voilà longtemps que je ne m'étais pas fait un western depuis l'intégrale de Sergio Leone et franchement quelle leçon!... Sans vouloir détruire le charme du film, je conseillerais à tout petit novice comme moi, de faire attention à toutes les variations de plans qu'il y a chez Ford, une vraie grammaire du cinéma qui mériterait un gros tome de Genette. Plan général, plan d'ensemble, plan rapproché taille (remarquer le nombre de plan à trois personnages - chiffre symbole de ce film, le Capitaine et ses deux Lieutenants, la belle dulcinée et ses deux prétendants, les 3 tombes au cimetière de la femme et des filles du Capitaine)... Tout y passe: travelling à 2000 à l'heure sur le chariot fantôme au début, panoramiques au millimètre pour suivre les courses des cavaliers, profondeur de champ à couper le souffle lorsque la cavalerie est poursuivie par les indiens, enfin calme travelling final lorsque le Capitaine promu Colonel retourncha121_1_e au bercail...

La scène au cimetière dans ce sublime orangé ferait passer une oeuvre de Wong Kar Wei pour un film colorisé. L'apparition de l'ombre de la dulcinée (Joanne Dru - la mère de Guy - très joulie dans sa tenue de cavalerie) sur la tombe de la femme du Capitaine est en tout point magique.

cha133_1_1Ah si John Wayne (ou le président Palmer) pouvait être à la tête des Etats-Unis! Un tel sens de l'honneur, de l'humour caustique (les scènes avec son attaché de camp alcoolique, pardon irlandais, sont toutes des bouffées d'air), du courage... Cette petite phrase qui est son leitmotiv "un soldat ne doit jamais s'excuser, c'est un signe de faiblesse" n'est pas juste pour la forme... Rien ne sert de se plaindre quand il est trop tard. Lorsqu'il échoue dans sa mission, il ne recherche aucune justification extérieure: chacun doit prendre ses responsabilités. Mais contrairement à l'autre abruti (J.W.B.), il continuera jusqu'au bout à chercher la paix et aucun sang indien ne sera versé. Ce film a-t-il disparu des cinémathèques américaines?

En tout cas John Ford n'aura jamais à s'excuser, tout est parfait.