dial_m_for_murder_stortOn ne va pas se le cacher : Dial M for Murder n'est pas le meilleur exemple de la mise en scène hitchcockienne. On sent Bouddha embarrassé dans ses problèmes de 3D (le film était en relief à la base) et dans son décor unique. On le sent depuis toujours assez peu inspiré par les scènes dialoguées, et ce film est constitué presque uniquement de ces scènes. Il y a des essais  très curieux de profondeur de champ en utilisant des objets (notamment une lampe de chevet) au premier plan et les acteurs au second plan, essais qui ne donnent pas grand chose. Il était plus inspiré, dans le genre, avec Rope, film très proche visuellement. Il se tire de ces difficultés en filmant tout ça réellement comme une pièce de théâtre, en alternant les plans en contre-plongée (le point de vue du spectateur en bas de la scène) et en plongée (les cintres). Mais bon, ça va pas pêter plus loin que ça non plus. Ajoutons qu'une fois de plus, Tiomkin à la musique n'est pas des plus fins, il devait y avoir une réduction sur les violons sur ebay.

Mise en scène assez maladroite donc... mais je dis, et même je clame, et même, allez, je beugle comme un veau : Qu'est-ce qu'on en a à foutre, nom d'une tomate ?!!!??!??!! (je sais, c'est violent). Dial M est une petite friandise, un pur plaisir de scénario et d'acteurs, bref : un spectacle, un show. C'est sûrement un des films les plus légers de Bouddha (malgré une fin assez tragique, ah les larmes de Grace !), ce qui est assez curieux quand on considère qu'il vient juste après un de ses films les plus tourmentés (I Confess). Et c'est une érection de spectateur, qui dure quand même 110 minutes sans retomber.

Tout ça grâce à un amusement du maître à chaque instant. Un humour à la con, mais irrésistible (jeux de mots minables et gratuits, petits gags visuels sur le savoureux détective, décadrages, impolitesses de gosse, etc.), des "trucs" de magicien débutant destinés uniquement au suspense et à la tension du spectateur (notamment un plan sur les engrenages du téléphone qui vaut son pesant de peanuts), et une montée du scénario mignonne comme tout. Et puis Grace Kelly est sûrement la plus grande actrice hitchcockienne : pas qu'elle soit particulièrement géniale, mais... y a pas d'autre mot... c'est une Présence (et la majuscule est voulue). Les quelques plans de son procès sont à mettre dans la colonne "les plus grandes scènes de Bouddha" : on dirait du Eisenstein, en encore plus cheap.

Un pur plaisir de spectateur, loin de la théorie et de l'intellectualisme. Une merveille, point barre. (Gols 08/03/06)


vlcsnap-2020-09-14-17h21m01s691

vlcsnap-2020-09-14-17h21m18s114

Au théâtre ce soir avec un type qui n'est tout de même pas un manchot à la réalisation et des acteurs de luxe. L'ami Gols est un peu tiède sur la mise en scène : certes, la scène, est pour le moins limitée ; ce n'est pas pour autant que le père Hitch ne multiplie point les déplacements dans ces quelques mètres carrés de set, mettant en place un dispositif cinématographique beaucoup moins plan-plan qu'il en a l'air ; Ray Milland tourne autour de sa victime, ce pauvre Lesgate, comme un oiseau de proie et le noie par ses mots ; alors oui, on peut être un peu agacé par la fait que cette scène dure des plombes (convaincre un type de procéder à un meurtre) quand dans un Strangers on a Train, par exemple, pour ne pas le citer, on avait l'impression que le deal se passer en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, Hitch privilégiant l'action à la parole. Forcément, ici, l'action a la partie congrue, le huis-clos étant de mise : huis-clos pour régler ce meurtre, huis-clos pour exécuter ce meurtre, huis-clos pour discutailler ce meurtre et trouver une coupable, huis-clos pour résoudre ce meurtre...

vlcsnap-2020-09-14-17h53m40s265

C'est un poil anxiogène mais avouons qu'on prend un certain plaisir à voir cette enflure de Ray Milland sourire en coin et balader tout son petit monde, sa femme en première de cordée... Une Grace Kelly, pour le coup, un peu sous-employée mais qui nous tire des montagnes d'empathie... On n'est point tant effrayé pour elle quand on la voit face à ce bras-cassé d'assassin que lorsqu'elle passe en plein milieu de l'enquête du rôle de victime à celui de coupable idéale : l'injustice faite femme, on se met à sa place, on flageole sur nos guiboles ; et puis il y a ce procès évoqué par Gols, balancé en deux coups de cuillère à pot, faisant passer la pauvre Grace du cauchemar éveillé à l'enfer sur terre... Heureusement, pour une fois, le flic hitchcockien est finaud et va tout faire pour tenter de démonter tous les stratagèmes d'un Ray Milland aussi inquiétant en manipulateur à sang-froid que dans celui de gentleman acceptant la défaite. C'est une œuvre de mots, de scénario nourri de micro événements-clés, une démonstration brillante qui frustrera les amateurs de grand air mais réjouira les amateurs de cluedo et de polar en chambre. Un Hitch confiné mais réglé au cordeau. (Shang 13/09/20)

vlcsnap-2020-09-14-17h26m17s497

vlcsnap-2020-09-14-17h26m58s929

sommaire hitchcockien complet : clique avec ton doigt