bigsleep92Que celui qui a compris le scénario de The Big Sleep d'Howard Hawks me l'explique dans les 3 jours, le cachet de la poste faisant foi. A part ça, comme on dit, le délicieux charme surranné des films hollywoodiens, faits à la main et à l'huile de coude, avec des décors immenses de 3 mètres carrés, la jolie fille de 17 ans fatale et court vêtue, la musique avec des cymbales, le tonnerre quand ça va plus très bien entre Bacall et Bogart. Humphrey se gratte frénétiquement l'oreille quand il comprend plus l'histoire (j'ai plus de lobe), claque des doigts trois fois quand il est sur une piste, et déteste les filles à lunettes (il a tort, c'est une bombe, cette fille) (et puis quand elle enlève ses lunettes, c'est une bûche, voir photo). Il y a des appareils photos cachés dans des statues indiennes, mais un flash de 50 centimètres à côté, ce qui n’est pas discret ; il est question d’un exemplaire de Ben-Hur avec des fautes d’impressions ; ça fume des clopes américaines comme d’autres boivent des bières japonaises ; les dialogues sont très très class, c'est du Faulkner quand même ça serait dommage.... Bon, c'est bien, quoi, rien à dire, c'est bien. Peut-être le meilleur film qui commence par T et se termine par P.